L’art intelligent avec des bombes de la décharge

"Je commence ma journée par des visites dans les entrepôts des voisins, j'espionne les chasseurs de métaux, je supplie les gens de jouer dans ma vidéo et je cherche des sites d'enfouissements illégaux entre moutons, mouches géantes et déchets, à la recherche d'un petit objet dont je n'ai pas besoin", Petros Efstathiadis

Par Georges Karouzakis

Il y a quelques jours, le photographe grec Petros Efstathiadis a été honoré en France du prestigieux prix HSBC 2018 pour sa série photographique, Gold Rush. Ce prix récompense chaque année deux photographes professionnels avec beaucoup de talent. Ce n’est pas la première fois que le travail de Petros Efstathiadis est récompensé. En 2013, il a reçu le premier prix photographique au Festival international de la mode qu’organise la ville française de Hyères, alors que ces dernières années, ses photographies sont publiées dans quelques-uns des magazines et journaux les plus exigeants de notre époque : Monocle, Wallpaper, Financial Times et Le Monde.

La vigueur de ses photographies est étroitement liée à son lieu d’origine, le village de Liparo de Pella, dans le nord de la Grèce. Là se trouve sa base, c’est le site où il élabore ses idées paradoxales. Dans ce village habitent les gens et ses amis qui apparaissent dans ses compositions photographiques et ses vidéos d’art. Là, dans les décharges de sa ville natale, il trouve les matériaux humbles et endommagés qu’il exploite de façon imprévisible dans ses photos. Dans les visions photographiques qu’il crée cohabitent divers éléments : un vieux peignoir transformé de manière convaincante en costume d’astronaute, un savon poli et une marguerite dans une bombe, des fragments de bois dans d’imposantes portes de palais bizarres.

Petros Efstathiadis — Gold Rush

Ses compositions assimilent des références à la tradition subversive du mouvement Dada, à l’Arte-Povera, à l’art cinétique du sculpteur suisse Jean Tinguely et bien d’autres. Petros Efstathiadis orchestre intelligemment différents types d’environnements psychologiques dans ses images. Le sens de l’humour y coexiste aussi, avec une critique souterraine et destructrice, avec une touche de liberté et d’ingéniosité, semblable à celle que l’on rencontre dans l’imagination et les jeux improvisés des enfants. Beaucoup de gens, principalement des non-Grecs, reconnaissent dans ces photographies les difficultés et la tragédie de la Grèce contemporaine.

Petros Efstathiadis

Comment avez-vous trouvé votre chemin vers la photographie ?

Quand j’étais enfant, je me suis approché de la caméra photographique en tant que jouet. Quand j’avais quatorze ans, j’ai pris dans mes mains une caméra japonaise, et j’ai été impressionné. Je ne savais pas ce que je faisais avec cet appareil photo, mais la complexité de la machine m’a donné envie de continuer à prendre des photographies. Tout d’abord, j’ai commencé à photographier des papillons, des fleurs, des paysages et tout ce qui a attiré mon regard, et plus tard, après dix ans de patience, je suis allé étudier la photographie en Angleterre.

Il est évident que votre travail dépasse les limites de l’art photographique. Vos images ressemblent à un résultat d’actions précédentes qui appartiennent également aux pratiques de l’art visuel, de l’utilisation de ready-made, ou à la performance. Comment décririez-vous ce processus ?

Le processus n’a rien à voir avec ce qui est typique dans l’art photographique. J’ai essayé de suivre le stéréotype du photographe classique, pour devenir quelque chose comme le héros du Blow up, le protagoniste du film de Michelangelo Antonioni, mais je m’ennuyais. Influencé par le cinéma, j’ai commencé à faire des scripts, des dessins et à prendre des notes pour mettre en place une image. J’ai fini par accorder plus d’attention aux objets, aux installations et à l’idée du sujet.

Je commence ma journée par des visites dans les entrepôts des voisins, j’espionne les chasseurs de métaux, je supplie les gens de jouer dans ma vidéo et je cherche des sites d’enfouissements illégaux entre moutons, mouches géantes et déchets, à la recherche d’un petit objet dont je n’ai pas besoin.

En fin de compte, ce qui reste est une photo comme un document de l’œuvre qui a précédé. Le vrai travail est détruit, et les morceaux de matériaux sont retournés là où ils appartiennent. Je dirais qu’une sorte de performance se produit lorsque le travail que je compose est plus grand que ce que j’ai calculé, et qu’il est difficile de le transférer sur le site que je veux photographier. Je ne peux pas cacher les matériaux parce que je dois traverser le village avec les objets de l’œuvre dans mes mains, et les rires des passants dans mes oreilles. Dans ces cas-là, la seule chose que je veux, c’est disparaître. Quand je vais à l’endroit où la photographie aura lieu, j’assemble à nouveau la construction et j’essaie de faire une bonne photo.

Petros Efstathiadis – Wonder boy

Quel est le rôle de votre lieu d’origine dans la création et le développement de votre travail ?

Mes photos ont des racines, elles sont liées à mon lieu de naissance et à son esthétique. Le paysage est balkanique, ce n’est pas pittoresque, il n’y a pas de ciel bleu ni de maisons charmantes. Avant de commencer mon travail, quand je suis au village, je passe par quelques jours d’adaptation, j’essaie de me coordonner avec la lenteur de l’environnement, et seulement quand je me sens assimilé, et non pas comme un touriste transitoire, je commence à travailler. Dans le village, la décadence est plus forte que le charme. Et la plupart des gens vivent là parce qu’ils ne peuvent pas être dans un meilleur endroit. Il faut du temps pour se débarrasser du besoin d’être ailleurs, mais après un mois de travail au village, j’ai du mal à partir.

Les résidents semblent avoir un rôle important dans le processus de création de votre art.

Au village, j’ai tout ce dont j’ai besoin : les gens m’aident à trouver des objets, ils acceptent d’être photographiés et jouent dans mes vidéos. Ils ne comprennent probablement pas ce que je fais mais ils l’apprécient, et à la fin, nous sommes tous heureux.

Petros Efstathiadis – Lohos

Des chasseurs de métal à la surprise

Dans la série Bombs, mais aussi dans l’ensemble de votre travail, vous combinez différents types de matériaux pauvres d’une manière inhabituelle. Le résultat final offre un sens vague. Pour y parvenir, vous utilisez une pratique ludique et radicale qui consiste à renverser la signification de certaines perceptions. Quelle signification avez-vous attribué à cette pratique ?

Dans la série Bombs, j’ai vu la bombe comme un feu d’artifice. J’ai rappelé les armes que nous avions fabriquées dans notre enfance parce que nous ne pouvions pas faire de feux d’artifice. Vous ne pouvez pas prendre au sérieux quelque chose d’aussi absurde qu’une bombe, et la seule chose que vous puissiez faire est de le tromper et de le démystifier. Dans tout mon travail, je commence par la norme et le donné, ce qui m’aide à utiliser des matériaux sans valeur, oubliés par la régularité moderne. Dans mon besoin de créer quelque chose de mieux, de faire quelque chose de plus, de faire quelque chose de nouveau, je reviens au tombé, à l’ancien, au bon marché et à la surprise.

Petros Efstathiadis – Bombs

Beaucoup de spectateurs voient votre art comme une allégorie de la crise grecque des dernières années.

A l’étranger, ils lient mon travail à la situation financière de la Grèce, ce qui est raisonnable. La réalité influence et change la façon dont je pense. La Grèce est, bien sûr, un cas particulier, mais elle fait partie du monde et est dans une position similaire à d’autres états. Mais je vis en Grèce et tout mon travail en est affecté.

Vos photos ont été publiées dans certains des magazines et journaux les plus importants et les plus exigeants, comme Monocle, Wallpaper et Le Monde. Selon vous, quels sont les éléments de votre travail qui suscitent l’intérêt de ces publications ?

Au début, je me demandais pourquoi certaines personnes voulaient montrer mon travail et travailler avec moi. Il y a probablement quelque chose de différent dans mes sujets, quelque chose de très familier et simple qui peut s’adapter presque partout.

Votre activité d’exposition est également riche et s’étend de l’Europe aux États-Unis. Je suppose que vous voyagez beaucoup. Dans quelle partie du monde passez-vous le plus de temps ?

Je passe le plus clair de mon temps en Grèce, mais je voyage très souvent pour les besoins d’un atelier, d’une exposition ou d’un tournage.

Petros Efstathiadis – Gold Rush

Comment se passe un jour ordinaire de votre vie ?

A l’heure où je suis dans mon village, je travaille presque toute la journée, mais j’oublie que je fais un travail. Je commence ma journée par des visites dans les entrepôts des voisins, j’espionne les chasseurs de métaux, je supplie les gens de jouer dans ma vidéo et je cherche des sites d’enfouissements illégaux entre moutons, mouches géantes et déchets, à la recherche d’un petit objet dont je n’ai pas besoin. Quand je ne suis pas au village, j’essaie d’organiser mon emploi du temps avec les expositions, les tournages, les voyages ou toute autre chose.

Quels artistes appréciez-vous le plus ?

Jean Tinguely, Mike Nelson, Douglas Copland, Thomas Demand, Walker Evans, Sergueï Parajanof, Elio Petri, Buster Keaton et bien d’autres.

The following two tabs change content below.
Georges Karouzakis
Je suis un journaliste grec spécialisé dans le domaine culturel.
Georges Karouzakis

Derniers articles parGeorges Karouzakis (voir tous)

1 Comment

  1. Pingback: L’art intelligent avec des bombes de la décharge | Athènes de Nicolas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *